Accueil du site > Définitions > Les différentes formes de prises en charge
  • Article

Définitions

  Les différentes formes de prises en charge

RPE, hippothérapie, équithérapie, TAC...

Ecouter l’article
IMG/mp3/Fds.mp3

Les activités utilisant le cheval dans un cadre de thérapie sont nombreuses et diverses. La prise en charge pratiquée peut être de différents ordres : acte médical ou kinésithérapeutique, acte psychothérapeutique, acte psychomoteur, activité d’insertion ou de réinsertion...
Les nomenclatures sont souvent confuses et aucune ne fait l’unanimité, y compris au sein des professionnels pratiquant ces activités.

JPG - 3.6 ko

En effet, différentes appellations existent pour qualifier les diverses pratiques de prises en charge faisant appel au cheval, et sont sujettes à débat entre les professionnels.
Mais si les noms qui leur sont donnés divergent, nous pouvons distinguer plusieurs types d’intervention associant le cheval, tout en rappelant que les frontières entre ces approches restent perméables.

L’hippothérapie

Le terme hippothérapie est défini le plus souvent comme étant une prise en charge davantage kinésithérapeutique, mettant en avant les bienfaits de la situation obligatoirement à cheval sur la motricité et la sensorialité du patient ; elle est surtout pratiquée en Belgique et en Allemagne, par des physiothérapeutes, des masseurs-kinésithérapeutes ou des ostéopathes.

C’est une prise en charge agissant avant tout sur le corps et sa bio-mécanique. Elle s’adresse donc plus particulièrement à des patients souffrant d’affections somatiques plus ou moins importantes : paralysies, troubles musculaires, troubles du système nerveux, troubles squelettiques.
L’hippothérapie est à voir comme une forme de rééducation fonctionnelle.

La rééducation par l’équitation

JPG - 5 ko

Le terme rééducation par l’équitation ou RPE est une ancienne appellation, aujourd’hui rendue obsolète par l’évolution des techniques de prise en charge et des corpus théoriques ; l’utilisation du cheval était à des fins de rééducation psychomotrice prenant mal en compte la globalité des personnes prises en charge. Le terme est maintenant avantageusement remplacé par les autres appellations, plus précises et reposant sur des concepts mieux définis.

L’appellation "RPE" reste toutefois encore usitée, mais son sens a dévié. Aujourd’hui, elle qualifie plutôt des interventions à caractère social, permettant l’insertion ou la réinsertion de personnes en situation précaire, emprisonnées ou désocialisées.

La thérapie avec le cheval

Le terme thérapie avec le cheval ou TAC a été créé en France dans les années 1980, sous l’influence de Renée de Lubersac, afin de souligner l’importance du rapport de connivence entre le cheval, le patient et le thérapeute.

La TAC est le fruit de l’adaptation à la relation homme-cheval des différents courants de la psychomotricité. Elle est axée sur la globalité psycho-corporelle du patient, adopte une orientation humaniste et une approche corporelle.
La TAC est, de tous, le terme le plus proche de l’équithérapie au sens où nous l’entendons.

L’équithérapie

L’équithérapie est une prise en charge psychique médiatisée par le cheval et dispensée à une personne dans ses dimensions psychique et corporelle.

JPG - 4 ko

L’équithérapie se place dans un courant issu de la psychologie, de la psychothérapie et de la psychomotricité.
L’équithérapeute utilise des outils thérapeutiques empruntés aux divers champs de la psychothérapie (psychodynamique, cognitivisme, comportementalisme, systémique, thérapie humaniste, relaxation, etc.), de l’orthophonie, et de la psychomotricité.

En équithérapie, l’objectif est d’agir sur le fonctionnement psychique du patient, par des moyens psychiques (la parole, le sentiment, l’émotion, le désir, le ressenti, le sens donné au vécu...) et corporels (la sensorialité, le mouvement, la communication infra-verbale, l’expression gestuelle...).