Forum francophone de l'équithérapie Index du Forum Forum francophone de l'équithérapie
Société Française d'Equithérapie - SFE
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

psychothérapie pour non-psy?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum francophone de l'équithérapie Index du Forum -> Questions / réponses
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
kati
Invité





MessagePosté le: Lun Mar 27, 2006 15:25    Sujet du message: psychothérapie pour non-psy? Répondre en citant

bonjour!

je me présente, kati, 25 ans, étudiante en psychologie, cavalière et particulièrement intéressée par la psychothérapie avec le cheval. c'est d'ailleurs grâce à cet intérêt que je suis tombée sur votre site.

sachant évidemment que l'appellation "thérapeute" n'est malheureusement pas protégée par la loi, je ne peux que m'interroger sur la dangerosité du fait que votre formation s'adresse autant aux diplomés de psychologie ou psychiatrie qu'aux non-psys.

la thérapie corporelle par le cheval est une très bonne chose qui a déjà démontré ses effets bénéfiques, mais de là à proposer la qualification d'équithérapeute dans le sens d'un psychothérapeute (c'est du moins ce que j'ai compris en lisant votre site- faites-le moi savoir si je me trompe!) à TOUT le champ des formation sociales et médicales...

à quel genre de patients un équithérapeute "diplomé" par vous peut-il s'attendre?

je m'excuse si je froisse certains avec mon message, mais c'est justement mon éthique de future psy qui me l'a imposé.

au plaisir de vous lire,
kati
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mar 27, 2006 20:52    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir Kati,

Ne vous excusez pas de vos interrogations, car vous posez au contraire une excellente question qui peut ouvrir de plus amples discussions, et qui sera aussi l'occasion pour la SFE de donner certaines précisions utiles. Very Happy


Tout d'abord, je vous ressitue que la SFE est une société ayant plusieurs pôles d'activités, et tout particulièrement :

Arrow le soin, pratiqué par les 3 sociétaires ayant créé la SFE, qui ont pour formation initiale la psychologie ou la psychothérapie, puis une spécialisation en équithérapie. Leurs prises en charge pourraient être qualifiées de "psychothérapie", mais sont légalement dénommées "équithérapie" pour faire valoir la spécificité de leurs interventions.

Arrow la formation, qui vise à mettre à la disposition des étudiants des connaissances multidisciplinaires nécessaires à la pratique de l'équithérapie.
Cette formation a une ORIENTATION psychothérapeutique, autrement dit elle s'attache à initier les futurs équithérapeutes aux différentes techniques de psychothérapie (psychanaytique, cognitiviste, PNL, et humaniste notamment) spécialement adaptées à l'utilisation du cheval comme médiateur. Cette formation ne forme pas des psychothérapeutes, elle sensibilise à l'approche psychothérapeutique et apporte des outils adaptés à l'équithérapie.
L'ouverture des outils techniques vers des personnes n'étant pas nécessairement "psys" s'entend ainsi dans la restriction fixée par leur domaine d'application : l'équithérapie.

Arrow le réseau de professionnels, qui concerne un ensemble de services rendus à des confrères partageant notre volonté de faire reconnaître l'équithérapie en tant que soin nécessitant des compétences en tant que soignant ET des compétences quant à l'utilisation du cheval dans le domaine du soin. Tous nos membres ne sont pas "psys", mais tous ont la même approche respectant une éthique et une déontologie issue du monde "psy".


Aujourd'hui, être "thérapeute" (aussi bien psychanalyste que naturothérapeute, art-thérapeute ou autre) ne signifie officiellement rien, et n'est soumis à AUCUNE contrainte légale.
C'est très précisément dans le but d'encadrer le domaine du soin médiatisé par le cheval, en réservant nos formations aux soignants, que nous espérons faire valoir qu'être équithérapeute ne peut s'improviser.
En offrant des outils d'intervention efficaces et adaptés, que ce soit à nos étudiants comme aux professionnels de notre réseau, nous entendons améliorer l'offre de soin en équithérapie.

La dangerosité des outils de psychothérapie n'a, d'autre part, pas tant à voir avec le diplôme qui a accompagné leur enseignement qu'avec le contexte dans lequel ils sont enseignés. C'est pourquoi notre formation est longue (600 heures en 2 années), s'adresse à des personnes déjà initiées à la relation d'aide, met l'accent sur l'implication personnelle qui accompagne immanquablement l'exercice en tant que thérapeute, et forme aussi à l'éthique et à la déontologie.

La psychothérapie est un domaine distinct de l'équithérapie.
Des ponts existent toutefois : ce sont eux qui nous intéressent.


Vos remarques sont toujours les bienvenues !
Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
kati
Invité





MessagePosté le: Mer Mar 29, 2006 15:45    Sujet du message: Répondre en citant

bonjour, "moderateur" Wink

tout d'abord, MERCI de m'avoir répondu aussi vite. je suis vraiment contente de voir que mes intérrogations sont les bienvenues. le sujet étant un peu sensible, je n'était pas très sure de l'acceuil de ma question...
tant mieux, si votre site fait partie de ceux toujours ouverts à une discussion!

je vais donc vériefier si j'ai bien compris...

la remarque qui m'intéresse le plus étant le fait que vous ne formez pas des psychothérapeutes. ça me rassure! donc, si j'ai bien compris, vous considérez l'équithérapie un peu comme un "truc" à part, ni uniquement soin physique ni uniquement soin psychique. équithérapeute ne serait donc pas un métier en soi mais plutôt une spécialisation, qu'on exercerait finalement en fonction de son "métier de base"?
pour carricaturer, le kiné continuerait donc de s'occuper de dos douloureux, jambes cassés etc et le psy de schizophrènes? (c'est des clichés, hein!)

alors, si c'est cela, je vous félicite vraiment pour l'initiative de créer cette société française de l'équithérapie!
il était vraiment grand temps qu'une réelle formation soit mise en place.
reste plus qu'à l'exporter en province Wink
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mar 30, 2006 09:28    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Surprised,

Les questions sensibles sont, je crois, souvent les meilleures questions parce qu'elle permettent de donner des précisions ou des explications qui n'étaient pas claires, et d'ouvrir des débats à même de faire avancer les choses.

La SFE est dirigée par des psychothérapeutes, certes, mais elle ne forme pas de psychothérapeutes.

Notre formation concerne une spécialité de la relation d'aide qui a pour particularité d'utiliser le cheval comme vecteur de soin.
Nous avons choisi pour notre formation une orientation qui n'existait pas parmi les différentes offres de formations disponibles sur le "marché".

Nous avons défini ce à quoi nous formons comme "soin psychique médiatisé par le cheval, et dispensé aux personnes dans leurs dimensions psychique et corporelle". Cette définition affirme :
- notre objectif final : l'amélioration de la santé psychique ;
- l'originalité de notre intervention : l'utilisation de la médiation du cheval ;
- les éléments que nous prenons en compte pour atteindre notre objectif : l'esprit et le corps.

Pour répondre à ces objectifs de formation, nous avons choisi un programme pluridisciplinaire (neuropsychologie, ostéopathie, psychomotricité, psychopathologie, psychologie du developpement, psychologie cognitive, PNL, psychanalyse et orthophonie notamment). Cette confrontation des divers points de vue et des moyens d'intervention qu'ils offrent permet d'avoir une gamme d'outils thérapeutiques adaptable à la particularité de chaque prise en charge.

Cette formation est, comme vous le soulignez, comparable à une spécialisation. Les étudiants arrivent déjà avec un bagage propre à leur cursus antérieur, et nous essayons d'amener chacun à faire une synthèse de ce bagage et des spécificités liées à l'équithérapie. Au final, chacun travaille d'une façon très différente en fonction de son métier de base, de ses possibilités, de ses envies...

Si les kinés souhaitent intervenir aussi au niveau psy, ils ont en sortant de chez nous différents outils adaptés à l'équithérapie qui leur permettront de prendre en compte la souffrance psychique. Celà ne fait pas d'eux des psychothérapeutes, mais bien des équithérapeutes.
Inversement, un psychothérapeute maîtrisant parfaitement les bases théoriques et tous les modes d'utilisation de ses outils thérapeutiques n'a pas pour autant les compétences pour exercer l'équithérapie, ses outils n'étant pas tels quels adaptés à un cadre utilisant les caractéristiques du cheval.

C'est donc bien ce "pont" entre les théorisations et pratiques "classiques" (dans les différentes disciplines) et ce que l'on peut en faire en situation d'équithérapie qui fonde notre formation.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
kati
Invité





MessagePosté le: Jeu Mar 30, 2006 23:36    Sujet du message: Répondre en citant

bonsoir Smile

alors, tout d'abord je tiens à m'excuser de vous avoir appellé "moderateur" alors que vous êtes "administrateur". des fois je suis un peu longue à comprendre Shocked

merci encore pour votre message.

néanmoins c'est justement ce dernier message qui sème de nouveau un doute flou dans ma tête.

l'équithérapie est donc bien un soin psychique pour vous, avec pour objectif final l'amélioration de la santé psychique. la personne sortant de votre formation aura justement été formé aux soins psychiques prodigués à l'aide du cheval et de tout ce qui l'entoure.
en dehors du fait qu'un soin du corps quelconque amène souvent aussi l'apaisement de l'esprit (puisque c'est ça en fin de compte, le soin psychique), il apparaît quand-même dans votre message que ce n'est pas le soin physique qui est au centre de l'intérêt.

ce qui me renvoie à mon interrogation première: de quel genre de patients va s'occuper un diplomé d'équithérapie "non-psy"?
je reste bloquée sur cette histoire de psy/non-psy justement en raison de l'orientation très psy de votre formation.

est-ce que l'appellation "équithérapeute" est protégée par la loi?
est-ce qu'il y a que vous (la SFE donc) qui pouvez prétendre à une telle formation?
vos étudiants profitent tous des mêmes cours, non? peu importe leur qualification de "base". j'ai vu qu'il y a des stages à faire... comment sont choisi ces stages? et les sujets de mémoire (puisqu'il y en a un, il me semble)? il y a des réstrictions par rapport à son orientation première?

moi en fait, ce dont j'ai peur, ce n'est pas tant votre formation (car des apprentissages -peu importe lesquelles- sont toujours bons à prendre, je trouve) mais les diplomés de l'équithérapie par la SFE. sans vouloir offenser personne!

comment un patient peut-il connaître le "métier de base" de quelqu'un qui écrirait uniquement "équithérapeute" sur sa plaque? à moins de le demander, bien-sur. et encore...

ou prenons mon propre cas par exemple: étudiant/e en psychologie. la sélection à l'entrée du master2 étant très rude, il n'est pas rare de se retrouver sans diplome permettant de travailler en tant que psy après quatre ans d'étude parce que justement on n'est pas sélectionné. (moi-même je suis qu'en licence3, mais j'avoue que cette possibilité me fait assez peur!)
si j'ai bien compris, j'aurais déjà pu commencer votre formation avec un simple deug de psychologie (corrigez-moi, si je me trompe!).
après 600 heures de formation chez vous, me voilà prète à affronter des personnes en souffrances psychiques? je ne pense pas.

voilà mon réel problème: l'abus possible sur des personnes peut-être extrèmement fragiles. quand je vois déjà des personnes se destinant à une carrière de psychologue qui demande quand-même au moins 5 ans d'études disciplinées, je me dis que des formations comme la votre sont la porte ouverte à toutes les mauvaises pousses du champs du soin psychique.

ne me comprenez pas mal, je ne vous jette en aucun cas la pierre, comme vous le dites vous-même dans votre tout premier message, les psychothérapies en général (sans parler de la psychanalyse Rolling Eyes ) ne sont pas protégées par la loi et se passent donc de toute formation officielle.
c'est donc déjà une très bonne initiative de proposer une telle formation pour remédier au manque éducatif.

de plus, je ne suis pas non plus en train d'essayer de tirer la couverture aux diplomés de psychologie ou de psychiatrie pour interdire en quelque sorte l'équithérapie aux autres métiers. au contraire.

je me demande juste s'il ne faudrait pas réfléchir à une appellation différente de cette pratique suivant le champs proffessionel duquel on est issu. pour éviter toute confusion.

je me demande aussi je ne suis pas en train de bloquer sur une question qui n'est peut-être pas si difficile que ça... je ne sais pas.

voilà. j'espère que vous aurez toujours autant de patience à me répondre, même si je vous oblige peut-être à répéter certaines choses!

impatiente de lire votre réponse,
kati


ps: d'ailleurs, qu'en pensent ceux qui lisent ce sujet? quel est votre avis? comment voyez-vous les choses? est-ce que vous vous posez les mêmes questions que moi (et ce n'est pas parce que c'est les miennes que ce sont forcément les bonnes Wink )? ou pas du tout? peut-être d'autres questions? merci de répondre! Smile
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 31, 2006 09:45    Sujet du message: Répondre en citant

Tout d'abord, c'est vrai que tous ceux qui passent par ce sujet peuvent nous laisser aussi leur avis ! :p

La question que vous posez, Kati, est, je crois : qu'est-ce qui fait d'une personne un thérapeute ?
C'est une question largement ouverte, des points de vue très divergeants pouvant être acceptables. C'est précisément cette question qui nous a guidés dans la construction de la formation d'équithérapeute que nous proposons.

Nous avons choisi d'y répondre en définissant qu'un thérapeute est une personne ayant reçu :
- une formation théorique spécialisée dans son domaine d'intervention
- une formation pratique spécialisée dans ce domaine
- une formation personnelle au rôle de thérapeute (analyse de sa pratique, regard critique sur soi, connaissance de soi, besoin de supervision, besoin de formation continue...)
- un certain formatage en matière d'éthique et de déontologie

Notre vision de l'équithérapie ne concerne pas un soin physique, en effet, mais bien une intervention au niveau psychique. Nous reconnaissons tout à fait les autres modes d'intervention, mais nous restons centrés sur le soin psychique (avec au besoin des outils somatiques).
L'intervention professionnelle sur le psychisme n'est pas le domaine réservé des psychologues/psychiatres/psychothérapeutes (qui sont aujourd'hui les seuls titres et diplômes reconnus). Il existe une foule de professions, non officielles, ayant pour objet le mieux-être psychique, chacune spécialisée dans un domaine bien spécifique (sophrologie, psychanalyse, art-thérapie, etc.).

Les diplômés de la SFE n'ayant pas de formation de psy pourront s'occuper des patients pour lesquels ils se sentent compétents, de même que les psys qui ne sont, en matière d'utilisation du cheval dans l'aide, pas forcément mieux armés à la base. Notez aussi qu'il en va de même pour les personnes non formées en équithérapie.
J'entends bien votre "réclamation" qui pourrait ressembler à une question sur la compétence d'un infirmier dans une thérapie.
Or, le but de ce diplôme est justement de former des thérapeutes, spécialisés dans la médiation du cheval. Les équithérapeutes interviennent parce qu'ils sont spécialisés en équithérapie, et pas parce qu'ils ont un métier de base.
L'objet d'une formation est bien d'en ressortir différent qu'à l'entrée !

D'autre part, le titre d'équithérapeute n'étant pas protégé, la plupart des équithérapeutes exercent sous la double appellation de leur formation de base, et d'équithérapeute.
Les personnes diplômées de la SFE qui ne terminent pas leurs études "de base" et n'obtiennent pas de titre officiel ont malgré tout reçu au minimun deux ans de formation (puisque c'est le minimum pour entrer en formation à la SFE) plus 600 heures d'enseignements (même si c'est relativement peu, je vous assure que le rythme est soutenu).

Concernant vos questions précises :
- le titre d'équithérapeute n'est pas reconnu : il n'y a pas besoin de faire une quelconque formation pour se prétendre thérapeute ou équithérapeute ;
- nous sommes, à ma connaissance, le seul organisme de formation à l'aide médiatisée par le cheval ayant adopté une orientation psy ;
- le cursus est commun à tous, il existe uniquement des équivalences concernant les "psy" (qui sont dispensés des enseignements en psychopathologie notamment) et les psychomotriciens (dispensés du sous-module idoine)
- les stages sont choisis par les étudiants, nous nous contentons de fournir une liste non exhaustive de lieux de stages possibles ; les stages sont supervisés et sont l'objet d'une analyse de pratique
- les sujets de mémoire sont au choix du stagiaire ; nous incitons toutefois à trouver un sujet qui fasse un lien entre le métier de base et l'exercice en tant qu'équithérapeute
- il n'y a pas de restriction quant au métier de base : notre formation donne les mêmes compétences à tous les stagiaires. Elle "rajoute" par dessus un autre métier : au final, les diplômés n'exercent donc pas de la même façon.


J'espère continuer à vous éclairer ! Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Calamity
Modérateur


Inscrit le: 09 Fév 2006
Messages: 77
Localisation: Midi-pyrénées

MessagePosté le: Dim Avr 09, 2006 17:32    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Kati,

Je me propose de vous partager mon expérience en tant qu'infirmière justement.
Diplômée du DE général (qu'il est devenu après l'abandon du diplôme spécialisé d'infirmier de secteur psychiatrique) j'ai orienté ma formation de base d'infirmière, mes stages, et mon mémoire de DE sur la pédopsychiatrie. J'ai ensuite travaillé plusieurs années dans ce domaine avant de vouloir associer ma formation equestre et ma formation de soins.
En milieu psychiatrique, le soin psychique par la relation d'aide, les médiations telles que la peinture, la musique, et tout autre type de triangulation pouvant rendre possible une relation à l'autre sont développés tant par les psychiatres ou les psychologues que par les "soignants" : entendez par là infirmiers, éducateurs, AMP etc..

Je ne me sens pas illegitime dans l'appellation d'équithérapeute tant que je m'adresse à des patients dont je pourrais avoir la charge par ailleurs en institution mais qui me sont adressés pour cette orientation spécifique qu'est l'équithérapie.
Le soin infirmier s'adresse au patient dans sa globalité et ne peut faire abstraction de souffrance psychique dans un corps lui même en souffrance.
Je ne prétends pas exercer la psychothérapie par le cheval mais apporter une dimension psychique dans le soin .ça oui.
En continuant à me former en ce sens, j'espère pouvoir proposer plus de réponses aux patients que je prends en charge dans le cadre de l'équithérapie..
Voilà j'espère avoir apporté un autre éclairage sur le type de soins apportés par l'équithérapie si tel était le sens de quelques unes de vos interrogations
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Invité






MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 15:13    Sujet du message: Répondre en citant

bonjour N, bonjour Calamity Smile

tout d'abord, merci encore pour vos réponses. et merci à Calamity de donner son point de vu Smile Smile

vos réponses m'ont inspirées plusieurs réflexions...

premièrement, oui, je suis d'accord avec vous que la thérapie par le cheval n'est pas uniquement "adaptée" aux personnes ayant reçu une formation de psychiatre ou psychologue. loin de la.
le cheval est un "outil de médiation" tellement riche que des métiers de base divers peuvent amener un bien psychique différent.

et quand vous, calamity, vous prenez en charge les patients dont vous vous sentez capable et dont vous vous seriez occupée en institution aussi... je trouve ça très bien. bien-sur qu'on ne peut jamais dissocier le psychique du physique. et vice versa.
d'ailleurs, j'aime beaucoup votre façon de voir votre métier!

je crois que je l'ai déjà dit, mais c'est les abus qui me font peur.
et tant que tous le monde s'appelle équithérapeute, il me paraît dur d'y voir clair en tant que patient.

parce que c'est vrai que des double-appellations genre "psychomatricien-équithérapeute" etc résoudent tous le problème... mais si on prenait l'exemple de la personne ayant posté justement une question là-dessus sur ce forum, qui ne possède "que" la licence de psychologie (si je me rappelle bien) et qui pourrait tout à fait être candidate pour votre formation d'équithérapeute (puisque vous acceptz à partir de bac+2)
même si une licence PLUS 600 h de formation chez vous peut paraître énorme, n'empêche que si une telle personne réussit le diplome d'équithérapeute, elle n'aura pas de titre de psychologue, pas de métier de base terminé.
elle s'appellera donc uniquement équithérapeute. et exercera avec une tendance majeure de psychologue alors qu'elle n'en est pas un.
( si cette personne me lis... ne le prenez pas personnellement, c'est juste que votre exemple me parle assez quant à mes craintes et doutes sur la formation Smile )

voilà. je ne sais pas si je me suis fait bien comprendre. j'avoue que même dans ma tête toutes mes interrogations s'embrouillent.
je m'interroge beaucoup sur mon futur métier, étant donné qu'on peut faire beaucoup de dégats...

ah oui, une dernière question: est-ce que par hazard vous pourriez me donner des titres d'ouvrages traîtant de l'équithérapie? parce que moi, impossible d'en trouver... Shocked
Revenir en haut de page
kati
Invité





MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 15:23    Sujet du message: Répondre en citant

euh..l'invité (e), c'est moi Wink
Revenir en haut de page
kati
Invité





MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 16:22    Sujet du message: Répondre en citant

c'est encore moi !

ayant relu de plus près le sujet de la personne avec une licence de psycho (j'avais juste survolé en fait Embarassed )... , j'ai remarqué que justement la sfe ne délivre pas ce diplome d'équithérapeute s'il n'y a pas de profession de base accomplie. re- Embarassed

oubliez donc ma dernière remarque concernant les équithérapeutes sans formation terminée autre que l'équithérapie.
désolée.
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 17:42    Sujet du message: Répondre en citant

Le sujet n'est pas clos !!

En effet, la SFE délivre le diplôme privé d'équithérapeute à toutes les personnes accomplissant sans accroc les diverses modalités de contrôle des connaissances fixées dans le cadre de la formation.
Autrement dit, tous ceux qui rentrent sont susceptibles d'obtenir ce diplôme, et pas seulement ceux qui possèdent un titre.

Votre remarque concernant les équithérapeutes n'ayant pas de formation terminée reste donc valable !
Je cherche la corde pour me pendre me direz-vous ? Bien entendu, non, mais je vais essayer de rester clair.

Une licence de psychologie est un diplôme officiel, de niveau Bac +3. Ce diplôme n'apporte aucun titre, mais il officialise des connaissances.
Nous pensons que, ce qui est obligatoire pour devenir équithérapeute, ce n'est pas forcément d'avoir déjà un titre ou une formation de 3è cycle, mais bien d'avoir déjà de bonnes bases concernant la relation d'aide. 600 heures de formation, c'est trop peu pour prétendre former à l'équithérapie de A à Z, mais c'est convenable pour aller de M à Z, disons. La lettre M correspondant à environ 2 années d'études dans un champ de la relation d'aide, ou à quelques années d'expérience professionnelle.

Evidement, pour former des personnes, il faut bien qu'à un moment elles n'aient pas la qualification que leur accorde la formation : au départ, il n'est donc pas obligatoire d'être déjà thérapeute. C'est un avantage, bien sur, que d'avoir un titre en plus d'un diplôme d'équithérapeute, mais il n'y a pas de correspondance entre l'un et l'autre : avoir un titre est un plus, une garantie, mais aucun titre ne garantit l'exercice d'un équithérapeute ! Seules les formations et/ou l'expérience le peuvent, mais elles ne sont pas reconnues officiellement.
Le niveau d'études AVANT la formation SFE n'est pas prédictif de la qualité de l'équithérapeute formé : c'est d'ailleurs bien pour celà que la formation est ouverte aux étudiants à partir de Bac +2. Un AMP a autant de chances qu'un psychiatre d'être un bon équithérapeute s'ils suivent la même formation, puisque dans les études qui les a fait devenir l'un psychiatre, l'autre AMP, rien ne leur donnait le mode d'emploi de l'équithérapie.

L'équithérapie n'est pas une spécialité nécessitant un titre de base particulier, mais nécessitant l'association de connaissances concernant la relation d'aide avec des connaissances particulières concernant l'utilisation du cheval en thérapie. Notre formation n'aborde pas les bases de la relation d'aide : c'est notamment pourquoi nous demandons un niveau minimal.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Invité






MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 20:43    Sujet du message: Répondre en citant

N- a écrit:



Le niveau d'études AVANT la formation SFE n'est pas prédictif de la qualité de l'équithérapeute formé : c'est d'ailleurs bien pour celà que la formation est ouverte aux étudiants à partir de Bac +2. Un AMP a autant de chances qu'un psychiatre d'être un bon équithérapeute s'ils suivent la même formation, puisque dans les études qui les a fait devenir l'un psychiatre, l'autre AMP, rien ne leur donnait le mode d'emploi de l'équithérapie.



bonsoir,

oui oui oui, tout à fait d'accord avec ce que vous dites là. les études à elles seules ne garantissent aucunement la qualité du professionnel plus tard.
de la même manière, il est clair aussi qu'on ne peut (ou ne devrait en tout cas) pas prétendre à l'équithérapie sans une quelconque formation dans ce sens. aucun problème là-dessus.

et bien-sur que la licence en psycho est un diplome reconnu. mais voyez-vous, étant moi-même en licence, je ne peux que m'intérroger sur la compétence de personnes possédant "juste" la licence. le deug (enfin, aujourd'hui licence 1 et 2) apporte uniquement des savoirs généraux, l'année de la licence (l3) est la première année où on rentre un peu dans le "vif" du sujet. aucun stage obligatoire, pas vraiment de recherche approfondie demandée...on peut donc très bien passer en quatrième année d'études sans avoir JAMAIS vu un potentiel patient! sans avoir vraiment creusé les maladies mentales. sans avoir compris la responsabilité qu'on porte étant psychologue ou psychiatre.
alors, on prétendra à quel genre de patient?
parce que même si votre formation est extrèmement bien faite, elle ne pourra pas combler ce manque. je n'y crois pas.

certes, la licence de psycho est un diplome reconnu, mais exercer en tant qu'équithérapeute ainsi, ne serait-ce pas un peu comme exercer après seulement la moitié ou les 3/4 des études d'infirmier? sauf que les études d'infirmier sont "mal fait" sur ce point et ne possèdent pas de diplome intermédiaire?

j'ai bien compris qu'après tout en a besoin d'aucune formation pour faire de l'équithérapie. que la loi ne protège malheureusement pas ce titre.
mais ne serait-ce pas d'autant plus important de tracer de vraies limites?

je ne suis pas en train de vous accuser.
mais je ne peux m'empêcher de trouver ce point-là dangereux.
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 22:58    Sujet du message: Répondre en citant

Aujourd'hui, la fameuse "limite", il n'y en a pas. Nous avons choisi la notre : Bac +2 avant d'entrer en formation. Nous aurions pu choisir plus, choisir moins, je suis tout à fait d'accord que cela est contestable, mais il s'agit bien d'une vraie limite.
Voyez également qu'il y a en exercice des dizaines et des dizaines d'équithérapeutes n'ayant STRICTEMENT AUCUNE formation en ce qui concerne le soin. La SFE n'a pas vocation à accorder des bons points, mais plutôt à proposer des solutions pour améliorer les choses. Nous n'avons aucun pouvoir pour retirer le titre d'équithérapeute à des personnes, mais nous voulons montrer qu'au contraire il existe des parcours sérieux et recommandables pour exercer l'équithérapie, et nous en proposons un. Libre ensuite à chacun de choisir son thérapeute selon ses choix.

Votre point de vue est tout à fait intéressant, car il soulève en même temps le problème de la formation des psychos, autant que celui des équithérapeutes.
Toutefois, vous pensez d'une part que la formation de psychologue est tout à fait adaptée, et qu'en 5 ans d'études on est bien préparé à affronter la réalité du terrain : c'est malheureuseent toujours un peu faux. Les stages obligatoires sont peu nombreux, et souvent sans intérêt particulier.
Devenir équithérapeute ne demande pas d'avoir un niveau de connaissance aussi poussé en psychologie que les psychologues : les concepts qui servent se limitent à la psychopathologie et à certains aspect du developpement. Les équithérapeutes n'ont pas tant à être des spécialistes que des praticiens.

Pour prendre au pied de la lettre vos propos, je trouverais même beaucoup plus dangereux qu'un psychologue formé uniquement à la fac et ayant fait des stages "lecture de dossiers patients" (j'exagère un peu, mais on a tous connu ça) ait légalement le droit de pratiquer n'importe quelle forme de psychothérapie, alors que rien dans son cursus ne l'a préparé à la pratique. Un juriste ayant fait 3 mois de stage à temps plein en tant que co-thérapeute avec un systémicien serait sans doute mieux armé pour pratiquer la psychothérapie sans trop "faire de boulettes".

Citation:
mais voyez-vous, étant moi-même en licence, je ne peux que m'intérroger sur la compétence de personnes possédant "juste" la licence.

Vous semblez oublier qu'il y a, derrière ce bac +2, encore 2 ans de formation ! Nous ne disons pas qu'un bac +2 est suffisant pour devenir équithérapeute, nous disons qu'un bac +2 est suffisant pour entammer une formation d'équithérapeute !!

La compétence en équithérapie d'une personne ne possédant qu'un bac +2 est en effet contestable, mais gardez en mémoire qu'elle recevra une formation pendant 2 ans visant uniquement à la préparer à exercer l'équithérapie.
A quel type de patient s'adressera-t-elle ? A ceux pour lesquels elle se sent compétente, au même titre que chacun. Les débuts d'exercice professionnel sont toujours délicats, quelque soit le diplôme suivi, mais le capital accumulé par la formation fait qu'on évite les grosses erreurs et qu'on se bonifie avec l'expérience.

Vous aurez d'ailleurs remarqué à ce sujet que la SFE est le seul organisme de formation en équithérapie à inclure dans sa formation la supervision des jeunes diplômés pour leur première année d'exercice. C'est une garantie très importante et un élément qui nous a semblé indispensable dans la formation de thérapeutes.

J'entends bien votre avis sur la dangerosité potentielle de personnes sans formation, et je le partage volontiers, mais à quoi faites-vous référence exactement quand vous craignez que des gens avec au moins 4 ans de formation obtiennent une "accréditation" en tant qu'équithérapeute ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
kati
Invité





MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 23:26    Sujet du message: Répondre en citant

oui! quand je m'interrogeait de la compétence de quelqu'un possédant une licence de psychologie, j'aurais pu très bien parler aussi de quelqu'un possédant un dess (ou m2 professionnel).
je suis la première à m'écrier que les études de psy sont beaucoup trop théoriques et font sortir des gens de la faculté qui n'auraient jamais du arriver là. mais ce n'est pas ma question.

ma vraie crainte? qu'on abuse des patients. qu'on ne leur dise pas clairement à quoi ils peuvent s'attendre. qu'on les embrouille avec une appellation commune qui va pourtant être interprétée de mille et une manière suivant le métier de base (ou pas).

maintenant, c'est malheureusement vrai qu'il existe beaucoup de "thérapeutes" qui fonctionnent sans aucune formation. c'est très grave, on est d'accord là-dessus. que ce soit en équithérapie ou autre.

c'est donc une très bonne initiative de créer une formation, de la proposer et même de superviser les diplomés la première année.

mais, autant que vous m'avez convaincue de la "légitimité" (sans prétention!) de personnes en dehors des professions de psychiatre ou psychologue dans votre formation (avec les double-appellations etc), autant ce point-là -pas d'obligation d'avoir une formation de base terminée avant la délivrance du diplome d'équithérapeute- me déplaît.

il va de soi que ce point n'engage que moi Wink
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 23:36    Sujet du message: Répondre en citant

Razz

Nous n'avons donc sans doute pas exactement la même vision de l'exercice de l'équithérapie !
Pour ma part, je n'ai pas de mal à l'envisager comme un métier autonome.

Toutefois, je suis absolument d'accord avec vous sur le fait que posséder une autre formation complète en plus de son diplôme d'équithérapeute est un atout sérieux. Sérieux, mais pas indispensable pour autant, car l'autre formation n'a jamais qu'un rapport indirect avec l'équithérapie.


Very Happy Je ne suis pas sûr de réussir à vous convaincre, mais cet échange de points de vue me semble très constructif, et aussi révélateur des difficultés que soulève le no man's land de l'équithérapie. C'est en tout cas pour la SFE une très bonne occasion de clarifier sa position.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Invité






MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 23:43    Sujet du message: Répondre en citant

Very Happy
merci en tout d'avoir discuté aussi ouvertement et sans préjugés avec moi!

bonne soirée à vous! Wink
Revenir en haut de page
N-
Administrateur


Inscrit le: 07 Fév 2006
Messages: 755
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 11, 2006 23:52    Sujet du message: Répondre en citant

Je pense sincèrement que vous avez posé de très bonnes questions, merci à vous !

Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum francophone de l'équithérapie Index du Forum -> Questions / réponses Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Vers le site de la Société française d'équithérapie - SFE